Header Photo

 

Cellules tumorales circulantes et dépistage précoce du cancer du poumon chez les patients porteurs d’une bronchopathie chronique obstructive.
Coordination Charles Marquette & Paul Hofman, Nice

   
 

 

Le "Projet AIR" est soutenu par l’Institut National du Cancer.
Son promoteur est le Centre Hospitalier Universitaire de Nice.

 

Rationnel de l’étude
Objectif principal et objectifs secondaires :
Population
Méthodologie
Critères de sélection
Durée et déroulement de l’étude
Protocole complet de l’étude

 

 

Rationnel de l’étude
Le cancer du poumon est la première cause de mortalité par cancer dans le monde. Le tabagisme en est responsable dans 90% des cas. La survie à 5 ans du cancer du poumon inférieure à 15%. Ce mauvais pronostic est lié en grande partie au fait que ces cancers sont diagnostiqués le plus souvent à un stade avancé, quand la chirurgie curative n’est plus faisable.
Associé à la lutte anti-tabac, il y a donc un rationnel au dépistage précoce du cancer du poumon. L’étude du National Lung Screening Trial (NLST), conduite par le National Cancer Institut aux États Unis a montré que le dépistage par scanner thoracique basse dose (STBD) était à même de réduire la mortalité par cancer du poumon. La mise en œuvre et la généralisation du dépistage par STBD font l’objet d’un débat, notamment en Europe, en raison de ses potentiels effets secondaires et de certains inconvénients. Le plus gros problème auquel on est confronté avec ce type de dépistage est la proportion très élevée de patients (près de 30%) qui se voient découvrir des anomalies non spécifiques en imagerie thoracique, anomalies nécessitant une surveillance rapprochée et souvent aussi des investigations diagnostiques invasives.
Les autorités de santé soulignent la nécessité d’un meilleur ciblage des populations à risque en focalisant en particulier l’attention sur les patients porteurs de bronchopathie chronique obstructive (BPCO) et d’emphysème, mais aussi en cherchant des biomarqueurs potentiels, qui permettraient d’affiner les critères de sélection pour le dépistage.
La migration dans le flux sanguin de cellules tumorales circulantes (CTC) est un événement précoce de la carcinogénèse. Nous avons récemment montré que ces CTC peuvent être détectées par technique ISET développée par la société Rarecells Diagnostics chez une population à haut risque de cancer du poumon, c’est-à-dire des patients souffrant de BPCO et ce, avant que le cancer soit détecté sur le scanner. Nous faisons donc l’hypothèse que la détection des CTC pourrait être un bio marqueur aidant au ciblage des patients haut à risque, relevant d’un dépistage du cancer du poumon par STBD. Cette recherche de CTC pourrait aussi aider à faire la distinction entre lésions malignes et lésions bénignes chez les nombreux patients qui se voient découvrir des nodules sur les scanners de dépistage.

Objectif principal et objectifs secondaires :
Objectif principal :

Evaluer l’intérêt de la recherche de CTC par rapport au STBD pour le dépistage du cancer du poumon dans une population à haut risque de cancer du poumon (i.e. fumeurs ou ex-fumeurs porteurs d’une BPCO).


Objectifs secondaires :

  • évaluer si la présence de CTC peut aider à différencier les nodules malins des nodules bénins
  • évaluer si la présence de CTC justifie une surveillance plus particulière chez les patients à haut risque de cancer du poumon


Critère d’évaluation principal :

  • Taux de détection de CTC chez les patients chez qui un cancer du poumon a été diagnostiqué au cours de l’étude

Critères d’évaluation secondaires :

  • Taux de détection de CTC dans la totalité de la population
  • Valeurs prédictives de la détection de CTC chez les patients porteurs d’un nodule pulmonaire
  • Délai entre la mise en évidence de CTC et la mise en évidence d’un cancer du poumon

Population
Population cible : patients à haut risque de cancer du poumon c’est à dire fumeurs ou ex-fumeurs, avec un tabagisme minimal du 30 paquets-années et, si ex-fumeurs, un sevrage de moins de 15 ans, porteurs d’une BPCO.
Taille de l’échantillon : six cent patients seront inclus dans l’étude, ce qui compte tenu des données de la littérature dans ce groupe à risque et d’un taux estimé de sortie d’étude de 10%, devrait permettre de détecter un total de 25 à 35 cancers du poumon.

Méthodologie
Design : étude prospective multicentrique de cohorte

Interventions :

  • scanner thoracique basse dose (STBD) annuel pendant 3 ans selon les recommandations National Cancer Institut américain issues de l’essai NSLT
  • prélèvement sanguin (30 ml) annuel pendant 3 ans (en même temps que le STBD) pour recherche de CTC

Critères de sélection
Critères d’inclusion

  • Age ≥ 55 ans
  • Tabagisme ≥ 30 paquets-années
  • Fumeur ou ex-fumeur, dont le sevrage remonte à moins de 15 ans
  • Porteur d’une BPCO*
  • Porteur d’un emphysème sur un scanner thoracique ancien (> 18 mois) ou sur le scanner du 1er tour de dépistage°
  • Affilié à la sécurité sociale

Critères d’exclusion

  • Ayant pratiqué un scanner thoracique dans les 12 mois précédant l’entrée dans l’étude, à l’exception du mois précédant l’entrée dans l’étude°.
  • Traitement ou existence de tout cancer à l’exception d’un cancer basocellulaire de la peau, dans les 5 ans précédant l’entrée dans l’étude.
  • Pneumonie ou infection respiratoire traitées par antibiotiques dans les 12 semaines précédant l’entrée dans l’étude.
  • Perte de poids inexpliquée de plus de 6kg dans les 12 mois précédant l’entrée dans l’étude.
  • Hémoptysie récente
  • ATCD de réduction volumique d’emphysème par voie endobronchique
  • Implants métalliques thoraciques ou rachidiens empêchant une visualisation correcte du parenchyme pulmonaire
  • Participation à une autre étude sur le dépistage du cancer
  • Participation à une autre étude sur la prévention du cancer, autre que par le sevrage tabagique
  • Personne vulnérable, ou mineure ou privée de liberté
  • Pathologie médicale ou psychiatrique limitant l’adhérence au suivi dans le cadre de l’étude

_______________________
*histoire médicale compatible ET trouble ventilatoire obstructif fixé défini par un rapport VEMS/CVF <0,7 après bronchodilatateur
°Ce qui donne en pratique les 3 scénarii suivants :

  • si le « candidat AIR » arrive en consultation sans scanner dans les 12 mois précédents et que sa spiro montre un rapport VEMS/CVF < 70 on le prélève pour la recherche de CTC et on lui fait un « scanner protocole AIR » (low dose, non injecté) dans le mois qui suit, qui s’appellera scanner T0.
  • si le « candidat AIR » arrive en consultation avec un scanner fait dans LE mois précédent et que sa spiro montre un rapport VEMS/CVF < 70 on le prélève pour la recherche de CTC et on ne lui refait pas de scanner. C’est ce scanner fait dans LE mois précédent qui fait office de scanner T0, même s’il a été injecté, sous réserve que votre radiologue considère que le scanner est de qualité suffisante pour la détection de nodules suspects.
  • si le « candidat AIR » arrive en consultation avec un scanner fait entre M-1 et M-12. On vérifie qu’il satisfait au critère VEMS/CVF < 70/ sans le faire signer pour AIR car faire une spiro à un fumeur/ex-fumeur fait partie des soins courants et on prévoit un rendez-vous à la date anniversaire de son scanner précédent, c’est-à-dire dans 2 à 12 mois, pour une entrée dans l’étude AIR avec prélèvement sanguin pour recherche de CTC + « scanner protocole AIR » qui sera alors le scanner T0

Durée de l’étude

Cinq ans se décomposant en :

  • un an d’inclusion
  • 3 trois « tours » de dépistage à un an d’intervalle
  • suivi minimal de 1 an après le dernier « tour » de dépistage
calendrier
Déroulement de l’étude

Protocole complet de l’étude