Header Photo

 

Cellules tumorales circulantes et dépistage précoce du cancer du poumon chez les patients porteurs d’une bronchopathie chronique obstructive.
Coordination Charles Marquette & Paul Hofman, Nice

   
 
 

Cancer du poumon...

Le cancer du poumon est la première cause de mortalité par cancer dans le monde. Le tabagisme en est responsable du cancer du poumon dans 90% des cas. Un fumeur sur cinq développera un cancer du poumon s’il a fumé toute sa vie. Malgré des progrès récents, le pronostic reste sombre et les patients porteurs d’un cancer du poumon symptomatique décèdent en général dans les 5 ans qui suivent le diagnostic.

Deux raisons expliquent ce mauvais pronostic. Seule la résection chirurgicale complète des tumeurs à un stade précoce, le plus souvent asymptomatique peut assurer la guérison. Ce traitement curatif ne peut être proposé qu’à moins de 25% des patients, car le cancer est souvent mis en évidence à un stade trop avancé pour être opérable ou le patient souffre de maladies associées qui contrindiquent la chirurgie.

Bronchopathie chronique obstructive (BPCO) et emphysème ...

La BPCO est caractérisée par une obstruction progressive et irréversible des bronches qui résulte d’un remodelage des bronches et d’une perte de l’élasticité du poumon lié à la destruction des alvéoles (emphysème). Comme le cancer du poumon, c’est la maladie du fumeur. Elle progressive insidieusement sur de nombreuses années et se manifeste par un essoufflement à l’effort et/ou des bronchites à répétition. Son diagnostic est aisé, reposant sur la simple mesure du souffle (spirométrie).

Détection de la BPCO par mesure du soufle

BPCO et cancer du poumon : l’alliance fatale.

BPCO/emphysème et cancer du poumon partage une cause commune : la cigarette. Le lien épidémiologique entre BPCO/emphysème et cancer du poumon est connu de longue date. En plus de ces liens causaux et épidémiologiques on sait que ces affections partagent des mécanismes physiopathologiques communs mais aussi une susceptibilité génétique commune.

La lutte anti-tabac est une priorité de santé publique (http://www.sante.gouv.fr/tabac-accueil.html).

Le tabac tue un fumeur sur deux (accidents cardiovasculaires, cancer, BPCO ...). et pourtant .... le tabac est la première cause évitable de mortalité en France.

 

De nouvelles données issues du Baromètre santé Inpes 2014 font apparaître des premiers résultats encourageants sur la consommation de tabac en France :

  • le nombre de fumeurs réguliers (qui fument tous les jours) baisse pour la 1ère fois depuis 2010, passant de 29,1% en 2010 à 28,2% en 2014 ;
  • la proportion d’ex-fumeurs a augmenté de deux points, passant de 29,2% en 2010 à 31% en 2014 et la part des fumeurs ayant fait une tentative d’arrêt dans l’année passe de 25,2% à 29% ;
  • la prévalence du tabagisme régulier chez les femmes est passée de 26% en 2010 à 24,3% en 2014.

Toutefois, la prévalence tabagique reste globalement élevée en France avec 34% de fumeurs actuels (fumant de temps en temps) chez les 15-75 ans. Elle reste largement supérieure à celle de nombreux autres pays occidentaux. De même, le nombre de personnes qui expérimentent le tabac reste trop important (près de 80%).
Ces résultats confirment la nécessité de poursuivre la politique engagée pour faire reculer le tabagisme en France

Dépister le cancer du poumon

La réduction de la mortalité passe aussi par le dépistage de ce cancer à un stade précoce.

 

en savoir plus